Pourquoi les Champs-Elysées ?

The_Parisian_Guignol_in_the_Champs_Élysées_-_Outing,_1885

Le nom de l'avenue la plus célèbre de Paris est sur toutes les lèvres lorsque l'on parle de la capitale. Mais qui connaît véritablement l'histoire de cet axe incontournable ?

2 kilomètres de long, 70 mètres de large, plus de 300000 visiteurs qui s'y presse chaque jour, l'avenue des Champs-Elysées est un passage obligé pour tout touriste qui visite Paris. Mais comment ce quartier de marécages sauvages, terrain de chasse du roi Louis XIII, est-il devenu le symbole, au même titre que la Tour Eiffel, l'Opéra ou le Sacré Cœur, d'un Paris flamboyant ?

Au départ, c'est Louis XIV qui a besoin d'une route directe pour aller du Louvre à son tout nouveau Château de Versailles. André Le Nôtre a la charge alors de construire un chemin carrossable pour faciliter les allées et venues. Le nom « Champs-Elysées » apparaît plus tard, à la Révolution, où il faut effacer toute trace de royauté dans le nom de cet axe majeur. Il rappelle ce royaume des morts que raconte la mythologie grecque et qui accueille les bienheureux. Quand Napoléon, en 1836, fait ensuite ériger l'Arc de Triomphe, l'avenue est alors associée au prestige des grandes victoires, et ainsi naturellement à la noblesse et à l'élégance.

Sous le Second Empire, les hôtels particuliers commencent à fleurir le long de ce rendez-vous où il est particulièrement important de se montrer. Avec les travaux d'Haussmann, on aménage le Rond-Point de jardins où les parisiennes défilent dans leurs plus beaux habits. Progressivement les marques de luxe viennent s'implanter sur l'avenue, puis d'autres, plus populaires, au fur et à mesure que la fréquentation grandit. Certains méprisent désormais ces Champs-Elysées, accusés de s'être transformés en une vulgaire galerie commerçante. Mais il faut prendre le temps de regarder les façades (comme celle du magnifique Hôtel de la Païva), ou de flâner dans les jardins où subsiste un théâtre de Guignol suranné et plein de charme (voir photo d'illustration). Il faut entrer aussi dans le bâtiment Louis Vuitton, véritable musée vivant dédié à la marque ou chez Guerlain, discret de l'extérieur mais tout d'or et de transparence à l'intérieur. Et il y a encore la brasserie du Fouquet's où les plus grands acteurs ont leur table, les musées du Petit et du Grand Palais, le Publicis Drugstore, l'étonnant showroom de Citroën et tellement d'autres galeries où se perdre. En résidant à l'Hôtel Oscar, vous êtes à deux pas de ce « monument » que même les parisiens ne cessent de redécouvrir.

Partager ce billet

Etablissement cité dans l’article