Découvrir la vie d’un sculpteur au musée Bourdelle, à Paris

expo

Tous les amateurs de sculptures se feront un plaisir de visiter le musée Bourdelle à Paris. Unique en son genre, ce musée  dévoile toutes les œuvres de son auteur avec un réel intimité. Le musée Bourdelle est en effet installé dans les appartements et ateliers où vécut et travailla Antoine Bourdelle, une bonne partie de sa vie.

Installé au 18 de la rue Antoine-Bourdelle dans le 15e arrondissement de Paris, le musée Bourdelle a ouvert ses portes en 1949. Depuis l'authentique atelier-musée que l'on pouvait découvrir comme si Bourdelle y travaillant encore, le musée a décuplé sa superficie. À l'occasion du centenaire de la naissance d'Antoine Bourdelle en 1961, l'architecte Henri Gautruche réalise une première extension, suivi d'une seconde extension une trentaine d'années plus tard, en 1992, réalisée par l'architecte Christian de Portzamparc.

Né en 1861 à Montauban, Emile-Antoine Bourdelle est un sculpteur français de renommé qui se passionne dès son plus jeune âge à la sculpture et au dessin. Après une formation à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, il entre en 1893, comme praticien dans l'atelier de Rodin. En 1908, Bourdelle quitte Rodin et affirme son style par la réalisation de nombreuses sculptures. Il meurt en 1929.

Le musée Bourdelle permet au visiteur de découvrir le parcours d'une vie d'artiste et de ses œuvres. Quatre espaces d'exposition différents dévoilent la passion de ce sculpteur visionnaire. Tout d'abord, l'atelier de sculpture de Bourdelle demeure étonnamment fidèle à lui-même : haute verrière, mezzanine pour jauger les œuvres d'un autre œil, poêle, grande table de bois assemblée par le père de Bourdelle, rien n'a bougé. Lorsque l'on sort aux jardins (jardin sur rue et jardin intérieur), on découvre les plus célèbres bronzes de Bourdelle : Les quatre figures du Monument au général Alvéar (1913-1923), Adam (1889), Les Fruits ou La nudité des fruits (1902-1906) , l'Héraklès archer (1910), Le Centaure mourant (1911-1914), et bien d'autres. Ensuite, le Grand Hall, édifié en 1961 met en lumière par sa blancheur la Grèce antique, ses héros et ses dieux taillés à la mesure de la force d'inspiration : Tête d'Apollon (1898-1909), Héraklès archer (1909),  Pénélope (1905-1912), Centaure mourant (1911-1914), Sapho (1887-1925). Enfin, l'extension du musée présente de multiples œuvres sous forme de rappels contemporains de l'ancien atelier.

Les collections exposées au musée sont extrêmement variées et riches. En plus de la collection de sculptures (plâtres, bronzes, marbres, pierres, terres, grès) s'ajoute celle du fonds de dessins de l'artiste conservée au cabinet des arts graphiques, mais également des photographies, des peintures et même une collection personnelle (antiques, moulages en plâtres, peintures, dessins et gravures). Le musée propose également de nombreuses expositions temporaires tout au long de l'année, des ateliers d'initiation à la technique du modelage ainsi que des visites-théâtralisées.

Suite à cette exceptionnelle visite, dans le 14e arrondissement de Paris, l'Hôtel Montparnasse Alésia vous accueille dans l'un de ses 70 chambres calmes et lumineuses, au décor contemporain et épuré. Vue sur une courette intérieure, sur la Tour Eiffel ou la Tour Montparnasse, à vous de choisir.

Partager ce billet

Etablissement cité dans l’article