Dans le Nord, engouffrez-vous dans la Caverne du Dragon !

caverne_dragon

Parce que le devoir de mémoire ne doit pas être qu'une expression, les terres marquées par la guerre 1914-1918 méritent une visite. Emotions garanties, et nécessaires.

Comment oublier que nous sommes en pleine célébration du centenaire de la Grande Guerre, la 1ère mondiale. Saint Quentin en fut une des villes les plus touchées, situées au beau milieu de la zone de combat, intégrée à la fameuse ligne allemande Hindenburg. Le sol de toute la campagne alentour a gardé en mémoire ce passé douloureux.

Sur le tristement célèbre Chemin des Dames, il faut visiter la Caverne du Dragon (Drachenhöhle) installée au cœur d'une carrière de pierre et véritable enjeu stratégique dans les combats féroces que la région a connus. A 15 mètres sous terre, dans le froid et l'humidité, c'est une véritable caserne que les allemands ont aménagée. Puits, réseau d'électricité, postes de tirs, dortoirs, hôpital, chapelle et même un cimetière habitent un labyrinthe d'artères. En 1917, les français repoussent l'envahisseur au fond de la grotte et prennent la caverne après plusieurs mois de batailles.

Site touristique et de mémoire depuis 1920, la Caverne du Dragon offre des émotions fortes, permettant de se retrouver immergé dans la vie d'un soldat sur le front, dans l'enfer de cette part d'Histoire à ne jamais oublier. Pendant 1h30, grâce à une scénographie puissante, vous voilà dans la pénombre des couloirs de calcaire. Impossible de rester insensible devant ces messages à même les murs, ces dessins et ces gravures réalisées à la fumée de bougie qui trompaient l'ennui des soldats au repos.

Dehors, il reste aussi encore quelques vestiges de tranchées, les ruines d'un village (Craonne), quelques monuments symboliques qui imposent le séjour, comme un devoir de mémoire.

A signaler à Holnon : l'hôtel Le Pot d'Etain, point de départ idéal pour sillonner ces routes de mémoire.

Partager ce billet